Rechercher
  • Marie Bosc

Nettoyage Karmique


Après une fin il y a toujours un commencement , la fin d’une épreuve, la fin d'une étape, d'un processus, après la nuit vient le jour...

Le nettoyage karmique est un processus de libération qui prend du temps, entrer dans ce processus implique de mourir, cinq, dix, quinze, cent fois....

Mourir...laisser mourir l'autre Moi, l'ancien Moi, abandonner ces vies, abandonner ces corps, ces identités, ces existences, ces civilisations, ces drames, ces souffrances...

J'ai eu mille vies, mille visages, mille ans de traversées souvent chaotiques, et puis parfois des vies douces et tranquilles, foudroyées l'existence suivantes par des événements douloureux..Mais alors qui est le véritable Moi, qu'en est il de Moi ?

Tantôt femme, tantôt homme, tantôt mère, tantôt épouse, tantôt prostituée, tantôt guerrier, tantôt bourreau, tantôt victime...mille visages comme des masques qui soupirent en Moi, parfois crient.

En acceptant de me libérer de mes bagages karmiques, j'accepte de laisser mourir la mère, l'épouse, la fille, la sorcière, le bourreau, la victime...

J'avance en aveugle dans ce brouillard absolu de mes passés, hors du temps, un passé présent qui raisonne demain, et fait pleurer mon âme.

Je dois accepter de mourir pour renaître, je dois accepter de mourir pour vivre libre, enfin...

Abandonner tous ces Moi d'hier, faire le deuil de toutes ces vies, toutes ces blessures, pardonner pour libérer mon âme et libérer tus ceux qui ont écrit mon histoire.

Je dois ouvrir cette boîte mystérieuse, presque interdite, que l'on nomme Annales Akashiques, moi je préfère l'appeler boîte de Pandore.

Accepter d’ouvrir les yeux sur un parcours, qui ressemblerait presque à un casier judiciaire de l'âme, accepter les tristes vérités avec détachement, sans me juger, au fur et à mesure du travail j'avance et j’abandonne l'ancien, l'ancien Moi n'est plus.

Je ne suis plus ce que j'ai été, je suis dans l'ici et maintenant...

Mais nos blessures profondes sont intemporelles, elles se fichent bien du temps, nous emportons nos blessures comme on porte un vêtement, usé, lourd, une « peau de chagrin ».

En acceptant de voir ce que j'ai été, admettre ce que j'ai pu être et commettre, pour enfin pardonner à ces autres Moi, je me libère.

Il m'a été donné ici la capacité de transcender ces mémoires en les revivant, ce sont des régressions spontanées, un outil dangereux et puissant de part son intensité, voir, ressentir, revivre, est parfois une torture pour mon cœur et mon corps.

Pourquoi se libérer fait il si mal ?

Comme des clous plantés dans mon cœur, que l'on retire à chaque nettoyage, dans ces instants de torpeur, il me semble mourir à nouveau.

Ces vies si lointaines sont pourtant revécues dans l'instant présent, mais à cet instant, il n'y a plus de temps, passé, présent, n'a plus de définition...

Revivre une mémoire, c'est entrer à nouveau dans l'instant T, c'est faire un saut dans le temps, et dans ce naufrage d'âme d’une intensité et d'une violence absolue, je sombre le temps du voyage dans le livre noire de mon âme.

Revivre la torture, revivre la perte, revivre le drame, revivre l'inacceptable, en conscience, avec pour seul exutoire mon corps physique qui au bout de ses limites tente tant bien que mal de faire sortir le malheur de mes cellules.

C'est ça la Régression dans une vie antérieure, c'est un saut dans l'ombre, une chute en profondeur, c'est transcender l'inacceptable.

Le temps de la crise, de l'évacuation, prostrée, en état de choc, l'âme expie ses souvenirs les plus douloureux, tragiques, un film en réel, une immersion dans un autre espace temps, les douleurs sont desesperement réelles.

Puis la crise se dissout, se consume, comme un feu intérieur qui s'éteint doucement, mais il reste les braises, il faudra des jours, des semaines, pour que ce corps qui est mien retrouve un semblant de paix.

Ce qu'il m'a été donné de voir, et de revivre, est libérateur pour connaître abandonner ces lourds bagages, car comment abandonner ce que l'on ignore ?

Voyager dans mes existences passées est un cadeau d’'initiation, un outil de libération , un cadeau qui fait mal.

Chaque âme est marquée à sa façon, chaque cicatrice est unique, tout comme chaque libération...

Il m'a été donné de voir les vies antérieures, dans un but collectif et non personnel.

Je me libère, j'apprends, et j'accompagne les autres à se libérer.

Lorsque je fais une lecture de vies antérieures pour une personne, je vois trois vies antérieures dont les blessures raisonnent dans sa vie actuelle, au moment où la personne me consulte.

Cette Lecture permet de comprendre et de poser des mots, et de faire des corrélations sur son propre parcours actuel, ses blocages, ses souffrances.

La thérapie est une étape suivante en cas de résistance des blocages suite à la lecture, car connaître et comprendre opère inévitablement un processus de libération au sein de l'âme.

C'est un choix courageux de vouloir se libérer, de vouloir ouvrir la boîte de Pandore, un choix conscient, un choix d'âme.

Si nos âmes ont oubliées toutes ces vies, c'est pour nous épargner la folie, la confusion, nous ne pourrions pas vivre sereinement si nous nous rappelions de tout, aussi certaines personnes ont reçu cette capacité de voir, pour accompagner les autres à se souvenir.Afin de mieux comprendre , afin de s’alléger, afin de ne plus reproduire, et d'avancer.

Après une régression karmique, je me sens comme sortie de l'Enfer, confuse, ébranlée, encore imprégnée de l'identité de cet ancien Moi qui es venue hurler sa souffrance.

Qui suis je à présent ? Je marche dans un épais brouillard identitaire, je me regarde dans le miroir et je vois toutes ces femmes, toutes ces vies, ces hommes, j'y vois tous ces Moi, les visages de ceux que j'ai aimés, ceux que j'ai perdus, ceux que j'ai haïs...je ne suis plus qui je suis, je suis à présent une sans visage..ou peut être devrais je dire cent visages...

Mon âme a choisi de se libérer en faisant des régressions, ce qui n'est pas anodin, ni sans risques, afin de mieux comprendre, afin de mieux transcender mon passé, alors j'accepte et j'apprends...

Il est évident que pour la plupart des gens, une régression karmique serait dangereux, et ne serait pas raisonnable.

Il y a des méthodes plus douces pour se libérer, et je ne proposerai jamais de régression à un patient, car pour moi cette méthode n'est pas un outil mais un choix d'âme décidé en amont, bien avant de s'incarner, afin de réaliser une mission de vie spécifique.

Mais pour Moi, il s'avère que c'était écrit, et nécessaire, à la fois un cadeau et une épreuve.

J'ai accepté de marcher au sein de moi même, remontant le temps, marcher sur du verre serait plus doux..

Si j'écris aujourd’hui ce texte c'est pour vous partager mon expérience, et pour vous dire que toutes ces souffrances sans nom que vous ressentez, ces blocages répétitifs qui se présentent à vous malgré les efforts, ne sont que les échos de vies passées, enfouis en vous, et qu'ils peuvent être transmutées, transcendées, et compris avec un travail spirituel.

Chaque libération apporte lumière, bien sûr il faut laisser le temps à l'âme de digérer ce vécu, il faut s'accorder le temps du deuil, de l'acceptation, du pardon...

Se libérer permet d'avancer sans lutter, on ne marche plus à contre courant de sa vie, mais on retrouve une fluidité, une compréhension des choses, qui permet de disposer de toutes ses ressources intérieures, afin de marcher l'esprit tranquille.

Pour ma part remarcher en Enfer, m'a rapproché de mon Paradis, et quand je regarde derrière moi, dans cette vie, ou dans mes vies antérieures, la seule chose que j'ai choisi de conserver, sont les visages de ceux que j'ai profondément aimés, et que j'aime toujours.

Car oui nous avons souffert, nous avons perdu, nous avons subi, nous avons tué, mais nous avons aimé également, et l'amour ne connaît pas le temps.

Le temps n'efface pas l'Amour, et les sourires des miens d'autrefois viennent s'ajouter à ceux que j'aime ici, ils sont les cadeaux que je rapporte de mes vies passées, ils sont ma force.

Certaines choses sont éternelles, l'Amour en fait partie, mais la souffrance elle a une fin, il suffit de le décider .

Je me considère comme une aventurière du karma, je voyage en conscience, j’expérimente, j'apprends, je comprends, je replonge dans l'Histoire, dans les vies, et telle une journaliste j'écris ce que j'ai pu y voir, et j'accompagne les personnes qui font appel à moi afin de les guider.

N'oubliez pas que même la pire des existences, n'a pu vous tuer, l'âme est éternelle, et si vous êtes sur Terre en cet instant, c'est que votre âme avait assez de force pour continuer, et qu'elle a toujours de l'Espoir.

Car être ici sur terre en cet instant, est la preuve ultime que votre âme vit dans l'espoir de cette liberté...

Ce n'est pas le passé qui tue, c'est le manque d'Amour, et l'Amour est partout, dans les yeux de vos proches, dans les yeux de votre chien, de votre chat, dans le sourire d'un enfant, alors pourquoi avoir peur ? Puisque tout est là ?

Je vous souhaite d'être libre, et de ne jamais abandonner sur ce chemin parfois caillouteux qu'est le chemin de l’Éveil...

Le chemin vers la Lumière n'est pas un chemin facile, mais la liberté a bien plus de prix que les difficultés...

Amour et Lumière...

J'aimerais remercier tout particulièrement ma famille d'âme qui me soutient de là-bas, de son amour infaillible, ainsi que mes ami(e)s qui marchent à mes côtés, et l'homme que j'aime pour sa bienveillance,sa patience, son amour, et sa compréhension, vivre avec une aventurière du karma n'est pas toujours de tout repos, mais nous marchons tous ensemble avec le cœur, et votre Amour me permet de transcender mes ombres en Lumière...

Merci aussi à mes guides de Lumière pour vos enseignements, et votre Amour.

Merci, Merci, Merci...

Marie Bosc


100 vues